Philosophy

My philosophy on life, mostly based on individualism, self-sufficiency, objectivism and existentialism.

11/11/2005 George Reisman
https://www.mises.org/library/why-nazism-was-socialism-and-why-socialism-totalitarian

Mon but aujourd’hui est de faire seulement deux points principaux: (1) Pour montrer pourquoi l’Allemagne nazie était un état socialiste, pas un capitaliste. Et (2) pour montrer pourquoi le socialisme, compris comme un système économique basé sur la propriété gouvernementale des moyens de production, exige positivement une dictature totalitaire.
L’identification de l’Allemagne nazie en tant qu’état socialiste était l’une des nombreuses contributions importantes de Ludwig von Mises.
Quand on se souvient que le mot “nazi” était l’abréviation de “National Nationalist Deutsche Arbeiters Partei,” en Français: le parti des travailleurs national-socialistes allemands, l’identification de Mises pourrait ne pas paraître tout à fait remarquable. d’un pays gouverné par un parti avec “socialiste” en son nom pour être le socialisme?
Néanmoins, à part Mises et ses lecteurs, pratiquement personne ne songe à l’Allemagne nazie en tant qu’état socialiste. Il est beaucoup plus commun de croire qu’il représentait une forme de capitalisme, ce que revendiquent les communistes et tous les autres marxistes.
La base de l’affirmation selon laquelle l’Allemagne nazie était capitaliste était le fait que la plupart des industries de l’Allemagne nazie semblaient être laissées à des mains privées.
Ce que Mises a identifié était que la propriété privée des moyens de production n’existait que de nom sous les nazis et que la substance même de la propriété des moyens de production résidait dans le gouvernement allemand. Car c’était le gouvernement allemand et non les propriétaires privés nominaux qui exerçaient tous les pouvoirs substantiels de la propriété: Ce sont les propriétaires privés qui décidaient ce qui devait être produit, en quelle quantité, par quelles méthodes, et à qui il appartenait à distribuer, ainsi que les prix qui seraient facturés, les salaires qui seraient payés, et les dividendes ou autres revenus que les propriétaires privés seraient autorisés à recevoir. La position des prétendus propriétaires privés, a montré Mises, a été réduite essentiellement à celle des retraités du gouvernement.
De l’ aveu même de Mises, la propriété gouvernementale des moyens de production était implicitement sous-entendue par les principes collectivistes fondamentaux adoptés par les nazis, selon lesquels le bien commun passe avant le bien privé et l’individu existe comme un moyen aux fins de l’État. Si l’individu est un moyen aux fins de l’État, il en va de même, bien entendu, de sa propriété. De même qu’il appartient à l’État, ses biens appartiennent également à l’État.
Mais ce qui a spécifiquement établi le socialisme de facto dans l’Allemagne nazie a été l’introduction des contrôles des prix et des salaires en 1936. Ceux-ci ont été imposés en réponse à l’inflation de la masse monétaire réalisée par le régime au début de 1933. Le régime nazi a gonflé la masse monétaire comme moyen de financer la vaste augmentation des dépenses gouvernementales requises par ses programmes de travaux publics, de subventions et de réarmement. Les contrôles des prix et des salaires ont été imposés en réponse à la hausse des prix qui a commencé à résulter de l’inflation.
L’effet de la combinaison de l’inflation et des contrôles des prix et des salaires est une pénurie, c’est-à-dire une situation dans laquelle les quantités de biens que les gens tentent d’acheter dépassent les quantités disponibles à la vente.
Les pénuries, à leur tour, entraînent un chaos économique. Ce n’est pas seulement que les consommateurs qui se présentent en magasin tôt dans la journée sont en mesure d’acheter tous les stocks de biens et de laisser les clients arriver plus tard, sans rien, une situation à laquelle les gouvernements réagissent généralement en imposant un rationnement. Les pénuries entraînent le chaos dans l’ensemble du système économique. Ils introduisent un caractère aléatoire dans la distribution des approvisionnements entre zones géographiques, dans la répartition d’un facteur de production entre ses différents produits, dans l’allocation du travail et du capital entre les différentes branches du système économique.
Face à la combinaison des contrôles des prix et des pénuries, l’effet d’une diminution de l’offre d’un article n’est pas, comme ce serait le cas dans un marché libre, d’augmenter son prix et d’augmenter sa rentabilité, opérant ainsi pour arrêter la baisse en approvisionnement, ou inverser si elle est allée trop loin. Le contrôle des prix interdit la hausse des prix et donc l’augmentation de la rentabilité. Dans le même temps, les pénuries causées par le contrôle des prix empêchent l’augmentation de l’offre de réduire les prix et la rentabilité. Lorsqu’il y a une pénurie, l’effet d’une augmentation de l’offre est simplement une réduction de la gravité de la pénurie. Ce n’est que lorsque la pénurie est totalement éliminée que l’augmentation de l’offre nécessite une baisse des prix et entraîne une baisse de la rentabilité.
Par conséquent, la combinaison des contrôles des prix et des pénuries rend possible des mouvements aléatoires de l’offre sans aucun effet sur les prix et la rentabilité. Dans cette situation, la production des marchandises les plus insignifiantes, même les pierres de compagnie, peut être étendue au détriment de la production des biens les plus urgents et les plus importants, tels que les médicaments vitaux, sans effet sur le prix ou rentabilité de l’un ou l’autre produit. Le contrôle des prix empêcherait la production de médicaments de devenir plus rentable au fur et à mesure que leur approvisionnement diminuerait, tandis qu’une pénurie de pierres de compagnie empêcherait leur production de devenir moins rentable à mesure que leur approvisionnement augmenterait.
Comme Mises l’a montré, pour faire face aux effets involontaires de son contrôle des prix, le gouvernement doit soit abolir le contrôle des prix, soit ajouter d’autres mesures, à savoir le contrôle de ce qui est produit, en quelle quantité, par quelles méthodes et à qui les produits sont distribués, dont j’ai parlé plus tôt. La combinaison des contrôles des prix avec cet autre ensemble de contrôles constitue la socialisation de facto du système économique. Car cela signifie que le gouvernement exerce alors tous les pouvoirs substantiels de propriété.
C’était le socialisme institué par les nazis. Et Mises l’appelle le socialisme sur le modèle allemand ou nazi, en contraste avec le socialisme plus évident des Soviets, qu’il appelle le socialisme sur le modèle russe ou bolchevique.
Bien sûr, le socialisme ne met pas fin au chaos causé par la destruction du système des prix. Cela le perpétue. Et si elle est introduite sans l’existence préalable du contrôle des prix, son effet est d’inaugurer ce chaos même. C’est parce que le socialisme n’est pas réellement un système économique positif. C’est simplement la négation du capitalisme et son système de prix. En tant que tel, la nature essentielle du socialisme est la même que le chaos économique résultant de la destruction du système des prix par des contrôles des prix et des salaires. (Je tiens à souligner que l’imposition par le socialisme de style bolchevik d’un système de quotas de production, avec des incitations partout pour dépasser les quotas, est une formule sûre pour les pénuries universelles, tout comme les contrôles des prix et des salaires).
Tout au plus, le socialisme ne fait que changer la direction du chaos. Le contrôle exercé par le gouvernement sur la production peut rendre possible une plus grande production de certains biens qui revêtent une importance particulière pour lui-même, mais il ne le fait qu’au prix de ravages dans le reste du système économique. En effet, le gouvernement n’a aucun moyen de connaître les effets sur le reste du système économique de la sécurisation de la production des biens auxquels il attache une importance particulière.
Les exigences de l’application d’un système de contrôle des prix et des salaires éclairent la nature totalitaire du socialisme, évidemment, sur la variante allemande ou nazie du socialisme, mais aussi sur celle du socialisme à la soviétique.
Nous pouvons commencer par le fait que l’intérêt financier des vendeurs opérant sous contrôle des prix est d’échapper au contrôle des prix et d’augmenter leurs prix. Les acheteurs autrement incapables d’obtenir des marchandises sont prêts, en effet, désireux de payer ces prix plus élevés comme moyen d’obtenir les biens qu’ils veulent. Dans ces conditions, qu’est-ce qui empêche les prix de monter et un marché noir massif de se développer?
La réponse est une combinaison de pénalités sévères combinées avec une grande probabilité d’être pris et ensuite subir effectivement ces pénalités. De simples amendes ne sont pas susceptibles de fournir une grande dissuasion. Ils seront considérés simplement comme une dépense d’entreprise supplémentaire. Si le gouvernement est sérieux au sujet de son contrôle des prix, il lui faut imposer des sanctions comparables à celles d’un crime majeur.
Mais la simple existence de telles sanctions ne suffit pas. Le gouvernement doit rendre réellement dangereux le fait de mener des transactions sur le marché noir. Il doit faire en sorte que les gens aient peur qu’en effectuant une telle transaction, ils soient en quelque sorte découverts par la police et finissent en prison. Pour créer une telle peur, le gouvernement doit développer une armée d’espions et d’informateurs secrets. Par exemple, le gouvernement doit faire craindre à un commerçant et à son client que, s’ils s’engagent dans une transaction sur le marché noir, un autre client du magasin les signale.
En raison de l’intimité et du secret dans lesquels de nombreuses opérations sur le marché noir peuvent être menées, le gouvernement doit également faire peur à quiconque envisage une transaction sur le marché noir que l’autre partie pourrait devenir un agent de police tentant de le piéger. Le gouvernement doit rendre les gens craintifs même de leurs associés de longue date, même de leurs amis et parents, de peur même qu’ils ne deviennent des informateurs.
Enfin, pour obtenir des condamnations, le gouvernement doit placer la décision d’innocence ou de culpabilité dans le cas de transactions sur le marché noir entre les mains d’un tribunal administratif ou de ses agents de police. Il ne peut pas compter sur des procès avec juré, car il est peu probable que de nombreux jurés puissent juger coupables de verdicts de culpabilité dans les cas où un homme pourrait devoir aller en prison pendant plusieurs années pour avoir vendu quelques kilos de viande ou un paire de chaussures au dessus du prix plafond.
En résumé, les seules exigences de l’application de la réglementation des prix sont l’adoption des caractéristiques essentielles d’un État totalitaire, à savoir l’établissement de la catégorie des “crimes économiques” dans lesquels la poursuite pacifique de l’intérêt matériel est traitée comme une infraction criminelle, et la création d’un appareil policier totalitaire rempli d’espions et d’informateurs et le pouvoir d’arrestation et d’emprisonnement arbitraire.
De toute évidence, l’application du contrôle des prix exige un gouvernement semblable à celui de l’Allemagne hitlérienne ou de la Russie de Staline, où pratiquement n’importe qui pourrait devenir un espion policier et où une police secrète existe et a le pouvoir d’arrêter et d’emprisonner les gens. Si le gouvernement ne veut pas aller aussi loin, dans ce cas, son contrôle des prix s’avère inapplicable et s’effondre tout simplement. Le marché noir prend alors des proportions majeures. (Incidemment, rien de tout cela ne suggère que le contrôle des prix était la cause du règne de la terreur institué par les nazis. Les nazis ont commencé leur règne de la terreur bien avant la promulgation du contrôle des prix. Le résultat est qu’ils ont instauré le contrôle des prix dans un environnement mure pour leur application.)
L’activité sur le marché noir implique la commission d’autres crimes. Sous le socialisme de facto, la production et la vente de biens au marché noir impliquent le mépris de la réglementation gouvernementale en matière de production et de distribution, ainsi que le défi du contrôle des prix. Par exemple, les biens eux-mêmes vendus sur le marché noir sont destinés par le gouvernement à être distribués conformément à son plan, et non sur le marché noir. Les facteurs de production utilisés pour produire ces biens sont également destinés par le gouvernement à être utilisés conformément à son plan, et non dans le but de fournir le marché noir.
Dans un système de socialisme de droit, tel qu’il existait en Russie soviétique, où le code légal du pays fait ouvertement et explicitement du gouvernement le propriétaire des moyens de production, toute activité sur le marché noir entraîne nécessairement le détournement ou le vol de propriété d’état. Par exemple, les ouvriers d’usine ou les dirigeants de la Russie soviétique qui fabriquaient des produits qu’ils vendaient au marché noir étaient considérés comme volant les matières premières fournies par l’État.
En outre, dans tout type d’état socialiste, nazi ou communiste, le plan économique du gouvernement fait partie de la loi suprême du pays. Nous avons tous une bonne idée de la façon chaotique dont le soi-disant processus de planification du socialisme est chaotique. La désorganisation des travailleurs et des gestionnaires qui siphonnent les matériaux et les approvisionnements destinés au marché noir est une situation qu’un Etat socialiste est logiquement en droit de considérer comme un acte de sabotage de son plan économique national. Et le sabotage est la façon dont le code juridique d’un état socialiste le considère. En accord avec ce fait, l’activité du marché noir dans un pays socialiste est souvent passible de la peine de mort.
Maintenant, je pense qu’un fait fondamental qui explique le règne général de la terreur que l’on trouve sous le socialisme est l’incroyable dilemme dans lequel un état socialiste se place par rapport aux masses de ses citoyens. D’une part, il assume l’entière responsabilité du bien-être économique de l’individu. Le socialisme russe ou bolchevik avoue ouvertement cette responsabilité. C’est la principale source de son attrait populaire. D’un autre côté, de toutes les manières imaginables, un état socialiste fait un gâchis incroyable. Cela fait de la vie de l’individu un cauchemar.
Chaque jour de sa vie, le citoyen d’un état socialiste doit passer du temps dans des files d’attente interminables. Pour lui, les problèmes rencontrés par les Américains dans les pénuries d’essence des années 1970 sont normaux; seulement il ne les connaît pas par rapport à l’essence, car il ne possède pas de voiture et n’a aucun espoir d’en posséder une, mais par rapport à de simples vêtements, à des légumes, même au pain. Pire encore, il est souvent contraint de travailler à un travail qui n’est pas son choix et qu’il doit donc certainement haïr. (En cas de pénurie, le gouvernement décide de l’allocation du travail tout comme la répartition des facteurs matériels de production.) Et il vit dans un état de surpeuplement incroyable, avec rarement une chance d’intimité. (Face aux pénuries de logements, les pensionnaires sont assignés aux maisons, les familles sont obligées de partager des appartements et un système de passeports internes et de visas est adopté pour limiter la gravité des pénuries de logements dans les régions les plus désirables du pays.) En toute humilité, une personne obligée de vivre dans de telles conditions doit ressentir du ressentiment et de l’hostilité.
Maintenant, contre qui serait-il plus logique que les citoyens d’un état socialiste dirigent leur ressentiment et leur hostilité plutôt que contre cet état socialiste lui-même? Le même état socialiste qui a proclamé sa responsabilité pour leur vie, leur a promis une vie de félicité, et qui est en fait responsable de leur donner une vie d’enfer. En effet, les dirigeants d’un état socialiste vivent un dilemme supplémentaire, en ce sens qu’ils encouragent quotidiennement le peuple à croire que le socialisme est un système parfait dont les mauvais résultats ne peuvent être que l’œuvre d’hommes méchants. Si cela était vrai, qui, dans la raison, pourrait-il être ces hommes pervers, mais les dirigeants eux-mêmes, qui ont non seulement fait de la vie un enfer, mais ont perverti un système prétendument parfait pour le faire?
Il s’ensuit que les dirigeants d’un état socialiste doivent vivre dans la terreur du peuple. Par la logique de leurs actions et de leurs enseignements, le ressentiment bouillonnant et bouillonnant du peuple devrait les engloutir et les engloutir dans une orgie de vengeance sanglante. Les dirigeants sentent cela, même s’ils ne l’admettent pas ouvertement; et donc leur préoccupation majeure est toujours de garder le couvercle sur les citoyens.
Par conséquent, il est vrai, mais tout à fait inadéquat de dire des choses telles que le socialisme manque de liberté de presse et de liberté de parole. Bien sûr, il manque ces libertés. Si le gouvernement possède tous les journaux et toutes les maisons d’édition, s’il décide à quelles fins le journal et le papier doivent être disponibles, il est évident que rien ne peut être imprimé que le gouvernement ne veut pas imprimer. Si elle possède toutes les salles de réunion, aucun discours public ou conférence ne peut être livré que le gouvernement ne veut pas livrer. Mais le socialisme va bien au-delà du simple manque de liberté de la presse et de la parole.
Un gouvernement socialiste annihile totalement ces libertés. Il transforme la presse et chaque forum public en un véhicule de propagande hystérique en son propre nom, et il s’engage dans la persécution implacable de tous ceux qui osent dévier de près d’un pouce de sa ligne officielle du parti.
La raison de ces faits est la terreur des dirigeants socialistes envers le peuple. Pour se protéger, ils doivent ordonner au ministère de la propagande et à la police secrète de travailler 24 heures sur 24. L’un, pour détourner constamment l’attention du peuple de la responsabilité du socialisme et des dirigeants du socialisme, pour la misère du peuple. L’autre, pour détourner l’attention et faire taire toute personne qui pourrait même suggérer à distance la responsabilité du socialisme ou de ses dirigeants, pour éloigner ceux qui commencent à montrer des signes de penser par eux-mêmes. C’est à cause de la terreur des gouvernants et de leur besoin désespéré de trouver des boucs émissaires pour les échecs du socialisme que la presse d’un pays socialiste est toujours pleine d’histoires de complots et de sabotages étrangers et de corruption et de mauvaise gestion de la part de ses subordonnés. fonctionnaires, et pourquoi, périodiquement, il est nécessaire de démasquer les complots domestiques à grande échelle et de sacrifier des fonctionnaires importants et des factions entières dans des purges géantes.
C’est à cause de leur terreur et de leur besoin désespéré d’écraser chaque respiration, même d’opposition potentielle, que les dirigeants du socialisme n’osent même pas permettre des activités purement culturelles qui ne sont pas sous le contrôle de l’État. Car si les gens s’assemblent pour un spectacle d’art ou une lecture de poésie qui n’est pas contrôlée par l’État, les dirigeants doivent craindre la diffusion d’idées dangereuses. Toute idée non autorisée est une idée dangereuse, car elle peut amener les gens à penser par eux-mêmes et donc à commencer à réfléchir à la nature du socialisme et de ses dirigeants. Les dirigeants doivent craindre le rassemblement spontané d’une poignée de personnes dans une pièce, et utiliser la police secrète et son appareil d’espions, d’informateurs et de terreur soit pour arrêter de telles réunions ou pour s’assurer que leur contenu est entièrement inoffensif du point de vue vue de l’état.
Le socialisme ne peut être gouverné que très longtemps, sauf par la terreur. Dès que la terreur est relâchée, le ressentiment et l’hostilité commencent logiquement à se dresser contre les dirigeants. La scène est ainsi prête pour une révolution ou une guerre civile. En fait, en l’absence de terreur ou, plus exactement, d’un degré suffisant de terreur, le socialisme serait caractérisé par une série infinie de révolutions et de guerres civiles, chaque nouveau groupe se montrant incapable de faire fonctionner le socialisme avec succès. prédécesseurs avant. L’inférence inévitable à tirer est que la terreur réellement vécue dans les pays socialistes n’était pas simplement l’œuvre d’hommes pervers, tels que Staline, mais découlait de la nature du système socialiste. Staline pouvait se manifester parce que sa volonté inhabituelle et sa ruse dans l’usage de la terreur étaient les caractéristiques spécifiques les plus requises par un dirigeant du socialisme pour rester au pouvoir. Il a atteint le sommet par un processus de sélection naturelle socialiste: la sélection du pire.
Je dois anticiper un malentendu possible concernant ma thèse selon laquelle le socialisme est par nature totalitaire. Cela concerne les prétendus pays socialistes dirigés par des sociaux-démocrates, comme la Suède et les autres pays scandinaves, qui ne sont clairement pas des dictatures totalitaires.
Dans de tels cas, il est nécessaire de réaliser qu’avec ces pays n’étant pas totalitaires, ils ne sont pas non plus socialistes . Leurs partis au pouvoir peuvent épouser le socialisme comme leur philosophie et leur but ultime, mais le socialisme n’est pas ce qu’ils ont mis en œuvre comme leur système économique. Leur système économique actuel est celui d’une économie de marché entravée, comme Mises l’a appelé. Bien que plus gênés que les nôtres sur des points importants, leur système économique est essentiellement similaire au nôtre, car le moteur caractéristique de la production et de l’activité économique n’est pas un décret gouvernemental, mais l’initiative de propriétaires privés motivés par le profit privé.
La raison pour laquelle les sociaux-démocrates n’établissent pas le socialisme lorsqu’ils arrivent au pouvoir, c’est qu’ils ne veulent pas faire ce qui serait nécessaire. L’établissement du socialisme en tant que système économique exige un vol massif, les moyens de production doivent être confisqués à leurs propriétaires et remis à l’État. Une telle saisie est pratiquement certaine de provoquer une résistance substantielle de la part des propriétaires, résistance qui ne peut être surmontée que par l’utilisation d’une force massive.
Les communistes étaient et sont disposés à appliquer une telle force, comme en témoigne la Russie soviétique. Leur caractère est celui de voleurs armés prêts à commettre un meurtre si c’est ce qui est nécessaire pour effectuer leur vol. Le personnage des sociaux-démocrates, en revanche, ressemble davantage à celui des pickpockets, qui peuvent parler de faire un gros boulot un jour, mais qui, en fait, ne veulent pas tuer, et abandonnent donc au moindre signe de sérieux. la résistance.
Quant aux nazis, ils n’avaient généralement pas à tuer pour s’emparer des biens des Allemands autres que les Juifs. C’est parce que, comme nous l’avons vu, ils ont établi le socialisme à la dérobée, à travers le contrôle des prix, qui a servi à maintenir l’aspect extérieur et l’apparence de la propriété privée. Les propriétaires privés ont ainsi été privés de leurs biens sans le savoir et n’ont donc pas ressenti le besoin de les défendre par la force.
Je pense avoir montré que le socialisme, le socialisme actuel, est totalitaire par sa nature même.
Aux États-Unis, à l’heure actuelle, nous n’avons aucun socialisme. Et nous n’avons pas de dictature, encore moins de dictature totalitaire.
Nous n’avons pas encore le fascisme, bien que nous nous dirigions vers lui. Parmi les éléments essentiels qui font encore défaut figurent la règle du parti unique et la censure. Nous avons toujours la liberté d’expression et la liberté de la presse et des élections libres, bien que les deux aient été minées et que leur existence continue ne puisse être garantie.
Ce que nous avons, c’est une économie de marché entravée qui est de plus en plus entravée par une intervention gouvernementale de plus en plus grande et qui se caractérise par une perte croissante de la liberté individuelle. La croissance de l’intervention économique du gouvernement est synonyme de perte de la liberté individuelle, car elle implique de plus en plus le recours à la force physique pour amener les gens à faire ce qu’ils ne choisissent pas volontairement ou à faire ce qu’ils choisissent volontairement de faire.
Puisque l’individu est le meilleur juge de ses propres intérêts, et du moins, en règle générale, cherche à faire ce qu’il a intérêt à faire et à éviter de faire ce qui nuit à son intérêt, il s’ensuit que plus l’intervention gouvernementale plus grande est la mesure dans laquelle les individus sont empêchés de faire ce qui leur profite et sont au contraire contraints de faire ce qui leur cause la perte.
Aujourd’hui, aux États-Unis, les dépenses gouvernementales, fédérales, étatiques et locales, représentent près de la moitié des revenus monétaires de la population qui ne travaille pas pour le gouvernement. Quinze départements ministériels fédéraux, et un nombre beaucoup plus important d’organismes de réglementation fédéraux, ensemble, dans la plupart des cas avec leurs homologues aux niveaux national et local, s’immiscent systématiquement dans pratiquement tous les domaines de la vie du citoyen. D’innombrables façons, il est taxé, contraint et interdit.
L’effet d’une ingérence gouvernementale aussi massive est le chômage, la hausse des prix, la baisse des salaires réels, le besoin de travailler de plus en plus longtemps et l’insécurité économique croissante. L’effet supplémentaire est de plus en plus la colère et le ressentiment.
Bien que la politique d’interventionnisme du gouvernement soit leur cible logique, la colère et le ressentiment des gens sont typiquement dirigés vers les hommes d’affaires et les riches à la place. C’est une erreur qui est alimentée en grande partie par un establishment intellectuel et des médias ignorants et envieux.
Et conformément à cette attitude, depuis l’effondrement de la bulle boursière, qui a été en fait créé par la politique d’expansion du crédit de la Réserve Fédérale puis pillé par son abandon temporaire de cette politique, les procureurs du gouvernement ont adopté ce qui semble particulièrement une politique de vengeance envers les dirigeants coupables de malhonnêteté financière, comme si leurs actions étaient responsables des pertes généralisées résultant de l’effondrement de la bulle. Ainsi, l’ancien chef d’une grande entreprise de télécommunications a récemment été condamné à vingt-cinq ans de prison. D’autres hauts dirigeants ont souffert de la même manière.
Plus inquiétant encore, le pouvoir du gouvernement d’obtenir de simples inculpations criminelles équivaut au pouvoir de détruire une entreprise, comme ce fut le cas pour Arthur Andersen, le principal cabinet comptable. L’utilisation menacée de ce pouvoir était alors suffisante pour forcer les grandes firmes de courtage d’assurance aux États-Unis à changer de direction à la satisfaction du procureur général de l’État de New York. Il n’y a aucun moyen de décrire de tels développements autrement que comme une condamnation et une punition sans procès et comme une extorsion par le gouvernement.Ce sont des étapes majeures le long d’un chemin très dangereux.
Heureusement, il y a encore suffisamment de liberté aux États-Unis pour réparer tous les dommages qui ont été causés. Il y a d’abord la liberté de le nommer publiquement et de le dénoncer.
Plus fondamentalement, il y a la liberté d’analyser et de réfuter les idées qui sous-tendent les politiques destructrices qui ont été adoptées ou qui peuvent être adoptées. Et c’est ce qui est critique. Car le facteur fondamental qui sous-tend l’interventionnisme et, bien sûr, le socialisme, qu’il soit nazi ou communiste, n’est rien d’autre que de fausses idées, surtout de fausses idées sur l’économie et la philosophie.
Il existe maintenant une littérature abondante et croissante qui présente des idées solides dans ces deux domaines vitaux. À mon avis, les deux auteurs les plus importants de cette littérature sont Ludwig von Mises et Ayn Rand. Une connaissance approfondie de leurs écrits est une condition préalable indispensable au succès de la défense de la liberté individuelle et du libre marché.

I often wonder how seemingly intelligent people hold certain opinions that slap the face of logic. The fact is that we are to an extent the product of the groups we live or work in. The danger for anyone in a group, work or otherwise, is that ideas formed in those groups get bounced back and forth, and doing so, gather momentum, strength, whether they are right or not. Individuals in those groups stop questioning these ideas because they are accepted in the group. I am a libertarian, but I spend a lot of time with die-hard liberals, a few die-hard republicans, Christians and atheists. That keeps me in check when my thinking goes overboard, maybe I keep them in check too, sometimes. It also certainly sharpens my social skills, as far as not stepping on toes too hard goes. I do enjoy a good argument, but when emotions take over reason and logic, it can get ugly. That’s when I usually end the conversation, for then there is nothing for me to learn or teach. Exchanging ideas is great, forcing them on someone else, not so much.

I would suggest anyone in a group (which can be a college, family, church, office, etc.) to step outside of it on a regular basis, and “fraternize with the enemy.” Simply because group ideas will always be more extreme than necessary, if not outright wrong. That is probably how young muslim men end-up strapping themselves with explosives and blow themselves up. Nobody around them is there to keep them in check. Extreme ideas become more extreme, and what would have seemed crazy before now looks perfectly reasonable.. So, step out of your group, and go meet people who think differently than you do! Nobody around? Fine, read a book people around you totally disagree with..

Group interactions can become group brainwashing. Cults know this better than anyone. A cult member will be isolated from his/her family and friends and rather quickly accept the ideas of the group. We all want to belong, we are gregarious creatures. Don’t think it can’t happen to you.. The most intelligent people get trapped. When I hear the political opinions of students at New College in Sarasota for example (I call it the “People’s Republic of New College”), I can’t help but think of mass self brainwashing.. Not everyone there falls in, mind you. I know some very bright (smarter than me) students there who don’t conform. Unfortunately Socialism has taken hold of most colleges and universities. I won’t get started on the evils of Socialism here.. Just keep reading my blog.. It is interesting though to notice that the most extreme young liberals come from wealthy Republican parents..

I actually decided to write this post after suggesting my friends to read Ayn Rand’s “Atlas Shrugged.”:


I was also directing them to two great articles:

‘Atlas Shrugged’: From Fiction to Fact in 52 Years
Battling Obama by ‘Going Galt’

Most of them will probably make the same face they would have sucking on a bitter lime! However, consider part of the first article: “readers rated ‘Atlas’ as the second-most influential book in their lives, behind only the Bible.” I did read it many years ago, and it defined ideas I had for a long time, but never knew how to put together in a coherent form. For some people, it will be a turning point in their lives. Amazing how a book written in 1957 can be so timely, in light of the present economical situation.

But enough with politics. I just hate it when someone I know gets into a group and absorbs their ideas like a dry sponge thrown in a hot bath. Especially when those ideas are weird, extreme or even dangerous. There isn’t always someone close enough to shake you and say “snap out of it.” You have to check yourself. If a friend you’ve known for years gives you a weird look after a statement you made, ask yourself if you may have been influenced..

I had never been interested in boats until a few years ago. Not that I didn’t have the opportunity to sail, but the North Sea isn’t a friendly body of water, not to mention the weather.. My first day on a boat was out of Dunkerque (WWII buffs know the town) in a heavy chop and rain. We didn’t even hoist the sail. I used to think of sailing in terms of wetness and hypothermia. That and the fact that I didn’t know anyone else who owned a boat kept me away from marinas for many years. Moreover, owning a decent boat in France is for the rich, thanks to socialism.. You could also encircle the globe with the red tape associated with boating, in France that is..

Fast forward about seventeen years.. An older gentleman, friend of mine whom I met at the airport (he was a P-51 pilot in WWII) invited me to sail around Sarasota. I had the feeling that it was going to be a whole different experience than Dunkerque.. We didn’t go very far, but when the old Atomic 4 engine was shut-off, I was in heaven. We were moving at a decent speed it seemed, even though the scenery wasn’t quite flashing by. Time slowed. If you ever sat in front of a fire in the woods and watched it, the feeling is somewhat similar. There is a sort of fascination about being driven by the wind. The wine and cheese helped quite a bit too.

These days, we fall under the control of many. It isn’t something you really notice until you start wondering about what freedom really is. Politicians love the word, but they never seem to define it. After the advent of the industial age, big money and large goverments, freedom’s definition became a bit fuzzy.

Take your house for instance. You really only own it after it’s paid off, and only if you pay your property taxes. Even after you die, your kids will have to pay an inheritance tax. Which by the way is the biggest racket I ever heard of. You can’t leave and take your house with you. That’s fine if the city or country you live in is heaven on earth, forever, but things change. Many people have been reminded of it in our present economy. You can’t find a buyer in a down market. Boats don’t have that problem. Sure, they lose value every day spent on the water, but a well kept boat can last a lifetime. You get waterfront property for free and pay no property taxes. If things get iffy, you can sail away in the sunset. You’ll never be bothered by Jeovah’s Witnesses either! Those who say that a boat is too small have never seen the inside of a fifty footer. A well ajusted family of six could live well on such a large boat. I would own a house, don’t misunderstand me, but I would also own a boat, be it a small one if that is all I could afford. My Dagny is 32ft on deck, enough for probably four for extended periods of time. I plan on building a bigger one if I can.

Traveling in a post-911 world is more of a hassle, to say the least. You get patted down, scanned, IDed, and arrested for carrying so much as a pocket knife. Hell, you’ll get arrested and jailed for raising your voice in a plane. Don’t shrugg, it has happened. God may have mercy on you if your name happens to be on the terrorist watch list, as this eight-year-old found out. If there ever was a large scale evacuation, or some sort of country-wide lock down, you might not even be able to leave. A sailboat gives you that option.

The first time I lost sight of land while at the helm was in a plane, flying to the Bahamas. It lasted all but ten minutes before I spotted West-End. I wasn’t concerned, but found myself checking my oil temperature and pressure guages a bit more often. I imagine that being away from land for days or weeks in a boat is not for the faint of heart. You can get used to almost anything though.. You are after all traveling in your own house. There is plenty to do on a boat, and you can always load-up on books, musical instruments, DVDs, video games and fishing tackle. How else could you travel around the world for a reasonable amount of money?

Sailboats are not just toys to sail around the ICW. They give you global mobility if you ever need it. Once you get into international waters, you are your own master. A boat can take you and your family out of a bad area to safety. More than powerboats, sailboats can become a lifestyle that might be the only way to truly be free in this world. And of course, it is always nice to go out for a day, drink wine and eat cheese while anchored near a local uninhabited tropical island..

I hear too many people telling me how they found this new philosophy or spirituality that surely will make them happy. Usually it’s fairly complicated, involves Eastern customs and an old man with a beard wearing a bed sheet. I’m not knocking Eastern Philosophy. It just seems to me that anyone who has some ability with words and fancies guru outfits will always find eager listeners. Being a coffee shop junkie, I hear it all. New-age mumbo-jumbo mixes with Buddhism and quotes from various self-help books. It’s like a soup for the soul in which you can’t recognize the original vegetables. Sometimes they even throw in Jesus, like adding brown beef chunks to the broth. Unlike real vegetable soup however, it certainly doesn’t make sense.

Trying to be happy is missing the point. Being happy is mostly a personal decision. Anyone who has a roof over their head, has enough food, lives in a relatively safe place and is not clinically depressed can make that choice.

It’s no wonder people are confused and stressed with the number of stimuli assaulting us every day. Take your garden variety supermarket; flashy colors everywhere, lights, music, promotions, coupons, aisles of products jumping at us from all sides. Television shows us fictitious lives of beautiful people with all their toys. The average shot length for movies in the U.S. (ASL) Went from around fifteen seconds in the fifties to 2.5 seconds in 2007. Society pressures us to adopt everyone else’s standards, to perform as well and look as good as the guy or woman next door. So many expectations breed depression.

The first thing to do in your life is simplify it. Don’t try to buy things because others do and you think it will make you look better. It’s not a competition. If you try to attain a social status you don’t have, it will stress you to no end and you’ll never be happy, even with a Lamborghini in your garage. Rich people commit suicide too, hum, I wonder why.. Stop watching the damn TV every day! You will find more interesting things to do, more on that later.. Simplify your finances, your work, anything you can find that doesn’t have to be as complicated as it is. You will be amazed at how many hours a week you can save, not to mention your stress level going way down.

The second one is to do things. I don’t mean sit on the couch and play video games. Build things for yourself, anything. I work on my laptop computer, programming. At the end of the day, when I close it, there is nothing for me to look at. The satisfaction from doing my work disappears at the same time my computer memory empties, when I pull the plug. We need to build things, and look at them. For your brain to be happy, it needs to move your body, that’s what it’s for! Otherwise, we might as well be a tree, no brains needed there.. Exercise to make your brain produce the chemicals it needs. You’ll lose weight and look better too, it’s a winner. Before television, many more people knew how to read and play music. There is no satisfaction be be gleaned from watching a screen hours on end.

The third one is to go places. We need to see different things. No, not the mall! I mean landscapes. There has to be something green within driving distance of where you live, you know, trees, grass, that sort of things.. Not the local football field, real wilderness. I am thinking about buying a kayak to explore the West Coast of Florida. I used to fly around during flight training to log hours. A fellow student would come back from, let’s say West Palm Beach, telling us there was a good looking girl behind the front desk at the FBO, and five Cessnas would take-off from Sarasota in a hurry. It was great. It’s not that we were all so obsessed, but just going somewhere else was exiting and uplifting. Just walking sometimes does the trick. You can also end-up pretty far on a bicycle when you forget what time it is.

The fourth one is to see other people. We are gregarious creatures by nature. I often go to Sarasota News and Books to sit outside with a cup of tea and watch people passing by. Soon or later, someone I know comes along and we end-up a full table, in an animated discussion. Last time I did that, I found myself playing Boggle with a bunch of friends! I might appear distant to some, but I like people. Why would I go to coffee shops all the time when I could make tea, coffee and chocolates at home? It’s human nature. When I hear “I don’t like people,” I usually don’t believe it. Self deception, that’s what it is. Hermits are few and far between, I’ve never met a real one. the best part of this tendency is that you can do things and go places with other people!

I am no expert in psychology. I just know that I enjoy life, always have, always will. I don’t need spirituality, religion, gurus and whatnots. If you do and it works for you, that’s fine by me. I just wanted to say that life is incredible and beautiful, and just looking around us and remembering it it all it takes sometimes to bring forth a smile. If you are never happy, go see a doctor, seriously, they can help, to a point. In the end, it’s always up to you. Have a great day, I am!

Life, it seems to me, has a necessary roughness. Animals in the wild are probably the best example of this necessity. They are the perfect adaptation; the result of it. Nothing is easy for them as life is a constant quest for survival. Their instincts and bodies are perfect for their environment. We, most humans, have lost an essential element that brought us from the caves to this day. We no longer propel ourselves with our own power, we use cars. We don’t embrace this animal perfection, we destroy it. I am afraid some day, this edge will make the difference between our specie surviving or disappearing. Yet, traces of it do remain, or at least did until a couple hundred years ago, when comfort slowly invaded our lives. What leaders came of adversity! Compared to today’s heads of states. They created empires, civilizations, without mechanization. Even the horrors of war brought us strength. Not that I wish my fellow people to fall upon hard times, but there has to be a way to keep our edge, our spirit. So, when hard times come, think of them as, if not blessings, a necessary roughness that will make you a better person.